Le Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal - RCM - 40 ans plus tard
vous etes ici : Accueil » Témoignages » Jean Doré : le maire qui a rendu accessible le lieu de naissance de (...)

Jean Doré : le maire qui a rendu accessible le lieu de naissance de Montréal

C 1 messages


agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a récemment annoncé son intention de demander l’autorisation de changer le nom de la plage du parc Jean-Drapeau pour la plage Jean-Doré, auprès de la Commission de toponymie du Québec. On ne peut que féliciter M. Coderre pour cette initiative et cette plage, déjà grandement connue sous ce nom, est l’un des accomplissements de M. Doré durant son mandat de maire de 1986 à 1994. Parmi les nombreuses réalisations attribuées à M. Doré, le nom de Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, est constamment soulevé, avec raison ! Il y a même un lien direct entre Pointe-à-Callière et la plage Doré.

Le Musée, inauguré le 17 mai 1992 dans le cadre des célébrations soulignant le 350e anniversaire de Montréal, est construit sur le lieu même de la fondation de la ville de Montréal. Le site avait fait l’objet de nombreuses fouilles archéologiques entre 1980 et 1990 et les archéologues avaient mis au jour de nombreux vestiges architecturaux et des centaines de milliers de vestiges et d’objets témoignant de 6 siècles d’occupation sur ce lieu, dont le lieu de naissance deMontréal.

On ne pouvait trouver un endroit plus symbolique pour célébrer le 350e anniversaire de Montréal. Sous l’initiative de Jean Doré, maire de Montréal, les gouvernements du Canada et du Québec ont alors décidé d’unir leurs efforts et d’investir dans un projet conjoint d’aménagement regroupant quatre sites désignés par Pointe-à-Callière, et fait en sorte que la nouvelle institution soit prête pour cet anniversaire important.

De la pointe à Callière à l’île Notre-Dame

Concevoir, construire et réaliser un nouveau musée est déjà une opération complexe en soi. Imaginez construire un musée au-dessus de vestiges archéologiques, uniques, irremplaçables et fragiles et qu’il faut conserver à tout prix pour les générations futures ! Pour ce faire, les sites archéologiques ont été entièrement recouverts de sable compact pour assurer une protection durant la construction. Et une fois les structures érigées au-dessus des vestiges, les archéologues ont repris truelles, balais et autres outils pour procéder à nouveau aux fouilles et dégager une fois de plus les vestiges protégés par le sable. Et tout le sable récupéré et sorti du Musée a été envoyé par camions à l’île Notre-Dame pour aménager la plage « Doré ». Un bel exemple de réutilisation et de recyclage.

Mais il faut aussi reconnaître que Jean Doré a été parmi les premiers et les plus fervents promoteurs pour la réalisation de Pointe-à-Callière afin de conserver et de mettre en valeur le lieu de naissance de la Ville et de faire connaître et aimer l’histoire de Montréal. Cette réalisation a été le fruit d’un partenariat modèle, avec les équipes de la Ville et celles du gouvernement du Canada et du Québec pour mener à terme ce projet ambitieux et le livrer à temps.

Et c’est avec beaucoup d’émotion et de fierté que le 17 mai 1992, Jean Doré, accompagné du premier ministre du Canada, l’Honorable Brian Mulroney, du premier ministre du Québec, Robert Bourassa, ainsi que de nombreux ministres et dignitaires français a inauguré ce nouveau musée, le seul grand musée d’archéologie au Canada devenu un attrait touristique incontournable pour Montréal, métropole culturelle. Conçu à l’époque pour accueillir 150 000 visiteurs, Pointe-à-Callière accueille aujourd’hui près de 400 000 visiteurs dont 100 000 jeunes.

Grace à sa vision, son amour de Montréal, son sens de l’histoire et son leadership, Jean Doré a permis de conserver et de mettre en valeur le lieu de naissance de Montréal et les premières traces des habitants, mais également de léguer, avec ses partenaires, ce patrimoine pour les générations à venir.

Le Musée souhaite réitérer à M. Doré ses sincères remerciements et une profonde gratitude pour son rôle dans la création du Musée. Ce cadeau offert aux Montréalais, aux Québécois et aux Canadiens continue d’évoluer et de susciter l’intérêt des visiteurs d’ici et d’ailleurs tout en offrant une visite unique et inoubliable du lieu de naissance de Montréal, là où tout a commencé pour la Ville.

Francine Lelièvre.

Fondatrice et directrice générale

Pointe-à-Callière

Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal

1 Messages

  • Avec cette série de décisions et les actions visionnaires posées par le RCM, sous la houlette du Maire Jean Doré en constante concertation avec élus et militants dévoués totalement au developpement de Montréal, une lecture nouvelle s’impose. Ainsi fut construite et modernisée la ville métropole structurée avec les conseils de quartiers, écoutée via le levier démocratique du bureau de consultation et du mécanisme des bureau accès dont celui dédié à la prise en compte de la diversité le BAM. Insertion des normes d’égalité entre hommes et femmes dans la gestion et l’administration, nous avons aussi développé les mécanismes décisionnels et mis aux normes les processus ainsi que les équipements techniques et outils technologiques. De cette phase historique déterminante se fonde une gouvernance éprise de justice et se ramifie un influx mue par le souci de l’équité, de la qualité du service et des prestations destinés aux citoyennes et aux citoyens. Montreal accède avec la génération Doré/Fainstat et celle des élu(e)s des deux mandats du RCM, à la modernité, avec les atouts que procurent la diversité ainsi que ceux de l’innovation, de la créativité et de la démocratie participative. Depuis nous sommes sur cet élan, cette impulsion dont le mérite ultime sera un jour reconnu par celles et ceux qui sauront discerner avec le recul nécessaire, la part essentielle du leadership de Jean Doré.


Abonnez-vous à l'infolettre

* information obligatoire

Rechercher

Le comité 40e anniversaire du RCM est une initiative spontanée d'anciens membres