Le Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal - RCM - 40 ans plus tard
vous etes ici : Accueil » Hommage à Jean Doré » Jean Doré et la tragédie de Polytechnique

Jean Doré et la tragédie de Polytechnique

C 0 messages


agrandir

TRAGÉDIE DE POLYTECHNIQUE
Les médias comme métaphores d’un drame
6 décembre 2014 |Stéphane Baillargeon | Actualités en société

1er décembre 1990. À l’approche du premier anniversaire de la tragédie, la journaliste Francine Pelletier (maintenant chroniqueuse au Devoir) écrit dans La Presse un premier bilan sur les différentes réactions à la tuerie. Son texte s’intitule « Qui a peur de Marc Lépine ? ».

Elle y donne la parole à des hommes et des femmes, des inconnus et des personnalités, dont le maire Jean Doré, qui vient de ressurgir dans notre actualité pour raconter sa lutte contre un cancer létal. « Il faut dire que Jean Doré est le seul politicien à avoir non seulement réagi émotivement au meurtre des femmes, il est le seul à avoir reconnu la misogynie de Marc Lépine sur-le-champ », écrit Mme Pelletier.


Commémoration des 25 ans du 6 décembre 1989

Jean Doré a été frappé par cette tragédie, comme maire de Montréal responsable de la sécurité des citoyens mais aussi, personnellement, comme ami de la conseillère Thérèse Daviau dont la fille Geneviève a été assassinée au cours de la tuerie.

Affaibli par le cancer, Jean Doré ne peut participer aux cérémonies de commémoration du 25e anniversaire de la tuerie que par l’intermédiaire de la vidéo. Il tient à réitérer sa dénonciation d’un crime haineux à l’égard des femmes. Il renouvelle son appui indéfectible au contrôle des armes à feu et à la cause de l’égalité hommes-femmes.


Autres références

RADIO CANADA
Se souvenir de polytechnique

Abonnez-vous à l'infolettre

* information obligatoire

Rechercher

Le comité 40e anniversaire du RCM est une initiative spontanée d'anciens membres