Le Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal - RCM - 40 ans plus tard
vous etes ici : Accueil » Hommage à Jean Doré » Hommage à Jean Doré par André Berthelet

Hommage à Jean Doré par André Berthelet

C 0 messages


agrandir

Article paru dans l’édition de juillet du journal communautaire de Val-David, le Ski-se-dit.

Décès de Jean Doré
LES DEUX VALS PERDENT UN AMI

Par André Berthelet

Au delà de tout ce qui a pu être dit et écrit sur Jean Doré suite à sa mort, un véritable concert d’éloges, nous de Val-David et Val-Morin avons, depuis plusieurs décennies, souvent eu l’occasion de côtoyer cet homme affable, simple, généreux et facile d’accès. Que ce soit sur les courts de tennis de Val-Morin et Vallée Bleue, dans les allées du marché d’été, sur la piste vélo du parc linéaire, dans les eaux de la plage du lac Raymond, sur le terrain de pétanque du parc Ceyreste voisin de la mairie, ou sur les sentiers de raquette du parc régional, Jean et Christiane ne ménageaient pas leurs énergies et se faisaient un plaisir de se fondre dans la foule. Jean ne s’est jamais pris pour un autre, lui qui fut maire de Montréal de 1986 à 1994 à la tête d’une administration issue du Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal (RCM).

C’est d’ailleurs, fin août 2014, lors d’une partie de pétanque au parc de Ceyreste que son médecin le docteur Pierre Lapointe constata pour la première fois que son ami manifestait des symptômes troublants qui l’incitèrent à l’envoyer subir des tests à l’hôpital de Ste-Agathe. Très rapidement un cancer du pancréas fut diagnostiqué. C’était neuf mois et demi avant la date fatidique du 15 juin dernier, jour où on nous apprit le décès de notre ami. À compter du mois d’août, conscient que son mal était incurable, Jean s’efforça de retarder l’échéance. Rencontré dans une chambre du CHUM, quelque part au mois de mai, il nous confiait à Micheline et à moi, qu’il n’avait plus d’espoir, qu’il se préparait à partir dans un délai assez court. Il savait qu’il approchait du moment de se présenter aux soins palliatifs quand il n’y aurait plus rien à faire. C’est finalement deux jours avant son décès qu’il se présenta à l’hôpital. Il a rendu l’âme en compagnie de sa famille , de sa conjointe Christiane et de ses filles Magalie et Amélie.

Jean Doré aimait les deux vals (Morin et David). La maison qui était la sienne était située aux abords du lac Raymond et l’extrémité de sa propriété donnait sur les limites du parc régional. Souvenons-nous de son implication dans la campagne qui allait sauver le territoire de ce qui s’appelait alors le parc régional Dufresne et allait devenir le parc régional Val-David Val-Morin. Il n’hésita pas à s’impliquer dans la confection du fameux vidéo qui joua un si grand rôle dans cette campagne. Jean était un passionné de la nature. C’était un homme d’une immense culture et d’une non moins grande intelligence.

Homme tout à la fois d’écoute et de parole, comme les Gens de mon pays. Une de ses passions était la musique et particulièrement la chanson ; son Ipod contenait près de 20,000 morceaux…

Sa dernière année de vie aura été gratifiante pour lui. On lui aura rendu hommage de son vivant, ce qui ne se produit pas souvent. Ses amis et ses collègues du temps jadis l’ont rencontré le 14 décembre dernier pour célébrer avec lui ses 70 ans, les Amis de la montagne et le Théâtre d’aujourd’hui lui ont aussi témoigné leur appréciation à leur manière, et bien d’autres…

Je m’en voudrais de clore cet hommage sans ajouter quelques strophes de cette composition du regretté Jean Ferrat :

Tu aurais pu vivre encore un peu

« Tu aurais pu vivre encore un peu
Mon fidèle ami mon copain mon frère…
Tu aurais pu jouer encore un peu
Au lieu de lâcher tes boules peuchère
Aujourd’hui sans toi comment va-t-on faire
Dans notre triplette on n’est plus que deux
Tu aurais pu jouer encore un peu
Ne pas t’en aller sans qu’on ait pu faire
À ces rigolos mordre la poussière
Avec un enjeu du tonnerre de Dieu…
On aurait pu rire encore un peu
Et dans la beauté des choses éphémères
Caresser nos femmes et lever nos verres
Sans s’apercevoir qu’on était heureux »

Repose en paix mon ami… On ne t’oubliera pas.

Le 22 avril 2012, Jean Doré et sa conjointe Christiane Sauvé participaient à la manifestation monstre (250,000 participants) qui célébrait le Jour de la terre dans les rues du centre ville de Montréal. Ils sont ici entourés de Daniel Ammar et Micheline Loiselle, tous deux de Val-David. Martine Guihard et notre collaborateur André Berthelet étaient également du groupe. (photo : Berthelet)

André Berthelet

Abonnez-vous à l'infolettre

* information obligatoire

Rechercher

Le comité 40e anniversaire du RCM est une initiative spontanée d'anciens membres